[N0D1]

Blog personnel de Sylvain Naudin. Free since 2004 ^^'

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

En consultant hier les contributions de Paul W. Frields, l’auteur de PulseCaster, j’ai remarqué dans la liste Solaar :

Linux devices manager for the Logitech Unifying Receiver.

Je regarde si le paquet est disponible sous Fedora et l’installe : dnf install solaar.

Solaar-Unifying-Receiver.png

Solaar-About.png

Vous pourrez ainsi gérer vos périphériques Logitech Unifying sous votre distribution favorite. Retrouvez les sources chez GitHub.

Ce soir j’ai découvert PulseCaster [1], qui n’est pas nouveau pourtant, mais que je regrette de ne pas avoir connu plus tôt !

PulseAudio based podcasting application

PulseCaster.png

C’est un utilitaire tout simple pour enregistrer un podcast. Si vous devez interviewez un correspondant en ligne, c’est l’outil qu’il vous faut !

Vous sélectionnez la source de votre voix et celle de votre correspondant, et par défaut l’enregistrement audio est sauvegardé au format OGG [2].

En option, vous pouvez enregistrer au format WAV en deux fichiers afin de séparer les deux canaux audio :

  • l’un en provenance de l’entrée son (votre micro par exemple)
  • l’autre canal enregistrant la sortie de votre carte son (votre correspondant)

PulseCaster-choix-nombre-voix.png

Testé rapidement ce soir avec juste une musique de fond, ça fait le job :)

Sous Fedora, s’installe simplement avec un yum install pulsecaster. Sinon, consulter les sources sur GitHub.

Notes

[1] sous licence GNU General Public License Version 3

[2] il est également possible en ligne de commande d’enregistrer au format FLAC à la place.

L’interface de The Gimp vous déroute un peu avec ces multiples fenêtres ? Vous étiez sous Windows avec une version de Photoshop ? Alors vous devriez apprécier la personnalisation proposée par Doctormo sur DeviantArt : Gimp 2.8 Photoshop Tweaks.

Gimp2.8-photoshop.png

L’installation est assez simple, puisqu’il suffit de remplacer le répertoire masqué .gimp-2.8 de votre répertoire personnel.

Samedi j’étais à la médiathèque Dumont d’Aulnay-sous-Bois pour participer à une après-midi bidouille. L’occasion d’apporter ma RaspberryPi et de présenter Sonic Pi.

Jamy au clavier de @sonic_pi #kid #music #learn sur @Raspberry_Pi

Une photo publiée par Sylvain Naudin (@naudinsylvain) le

À la recherche de ressources sur Sonic Pi, je trouve cette présentation : Raspberry Pi - Sonic Pi - Music Exploration.

Tout cela me mène donc à Kano, projet qui avait fait parler de lui lors de la campagne de financement participatif ; avec plus d’1 million récolté, on peut dire que la campagne fût réussie !

Kano

Avec le projet kickstarter bouclé, Kano est avant tout un joli kit à 149.99€ avec :

  • un livret au graphisme élégant [1]
  • la distribution Kano OS et une carte SD de 8 gigas.
  • un haut-parleur
  • une Raspberry Pi modèle B
  • une clavier Kano Keyboard Combo avec dispositif de pointage pour remplacer la souris
  • un boitier de protection
  • les câbles : HDMI, Mini-USB, alimentation
  • une clé WiFi
  • des stickers pour le fun

Cette boite et son contenu vise à fabriquer votre propre ordinateur, de façon ludique et guidé pas à pas.

Le site officiel : http://www.kano.me/

kano_madeit.jpg

Téléchargement

Vous avez déjà une Raspberry Pi ? Direction la page de téléchargement pour télécharger une image de la version 1.3.1 beta : (http://www.kano.me/downloads)

Je suis impressionné par le travail de l’équipe de Kano, avec la pédagogie pas à pas de découverte de l’ordinateur. Que ce soit via le livret pour assembler les éléments du Raspberry Pi, jusqu’aux premiers pas lorsque l’on allume l’ordinateur pour la première fois. C’est ludique, et le parcours d’apprentissage bien pensé. Bref j’adore !

kano-box-open-top.png

Capture écran

J’ai installé scrot pour prendre quelques captures écran depuis Kano OS. Si je prends le temps, j’ajouterai les photos de la séquence de mise en route lors du premier boot.

Le bureau :

KanoOS-desktop.png

La panneau de configuration :

KanoOS-desktop-configpanel.png

La suite du panneau de configuration (avec le fond d’écran par défaut) :

KanoOS-desktop-configtool.png

Par défaut, Kano overclock au maximum (contrairement à la capture écran donc, j’ai testé de baisser d’un cran) :

KanoOS-overclock.png

Même la mise à jour du système est prétexte à quelques explications sur le processus en cours.

KanoOS-kanux-update.png

Bref, vous l’aurez compris, j’admire le travail réalisé sur la distribution, le tout reste relativement fluide. Le parcours de ce jeune ninja de la programmation est bien amené, et l’on pourra passer de nombreuses heures à apprendre les joies de l’informatique, par exemple avec Pong [2] [3], bidouiller Minecraft ou Sonic Pi.

Notes

[1] que vous pouvez également télécharger

[2] disponible également comme application html5 : http://pong.kano.me/

[3] Voir aussi http://draw.kano.me/

Libre

Dotclear 2.7

Le 13 décembre dernier, sortait Dotclear 2.7.

J’ai profité de l’occasion pour inviter la team DC à venir mardi au dernier atelier de Vous êtes Libre ce soir [1]. Je remercie ainsi Franck, Kozlika et Nikrou d’être venus :)

Nous devrions avoir pour la fin d’année une 2.7.1 pour venir corriger les bugs que personne n’avait pris le temps de déceler, moi le premier [2]. L’occasion ensuite de m’occuper un peu de Kynä !

Notes

[1] http://paris.libre.cc

[2] même si le blog de VELCS tourne avec depuis un an sans être trop gêné

Depuis quelques semaines, je suis d’encore plus près le projet TiddlyWiki [1]. J’ai ainsi commencé à tenir un wiki (Ressources pour TiddlyWiki 5 (FR)) pour y partager mes apprentissages et regrouper les conseils ou autres astuces que l’on peut lire sur la liste de discussion anglophone.

En parallèle, je continue mes contributions sur bibliobox.net [2].

Et donc si l’on ajoute TiddlyWiki + BiblioBox, on obtient une TiddlyBox !

tiddlybox.png

Ma TiddlyBox c’est une BiblioBox où j’ai simplement remplacé le fichier index.html par un TiddlyWiki. Ainsi lorsqu’un internaute usager se connecte à la box, il arrive directement sur le wiki.

L’un des avantages que j’y vois, c’est qu’en cas de coupure de wifi, la personne a toujours le contenu du wiki disponible hors-ligne, puisque je le rappel, TiddlyWiki c’est un wiki qui a tout son contenu dans un seul fichier.
Un second avantage, la présence du champ de recherche.

En annexe à ce billet, j’ajoute une première version pour vous donner un aperçu.

Je suis parti d’un TiddlyWiki vierge, et j’ai rajouté pour le moment :

  • le plugin FR
  • le plugin keyboardSnippets, pour la prise en charge de raccourcis claviers pour le formatage du texte
  • le plugin FontAwesome, pour avoir de belles icônes
  • la personnalisation des titres avec une web font (cf capture écran) avec l’aide d’un tiddler pour personnaliser la CSS

Au niveau de la TiddlyBox :

  • j’ai activé Droopy pour permettre le téléversement de contenu
  • forcément, le SSID du wifi a été personnalisé, ainsi que l’URL

Progressivement je vais y ajouter les tutoriels de BiblioBox.net, afin d’avoir sous la main une documentation facilement transportable.

Notes

[1] http://tiddlywiki.com

[2] avec dernièrement la refonte de la carte de France des Bibliobox, suite à l’atelier uMap que j’ai organiser pour Vous êtes Libre ce soir, avec l’aimable participation de son auteur Yohan Boniface

- page 1 de 26

Voir aussi