[N0D1]

Blog personnel de Sylvain Naudin. Free since 2004 ^^'

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Il y a peu, j’avais mis Ubuntu Touch sur mon Nexus 4. Après quelques semaines, aucune mise à jour n’était applicable et je ne recevais pas tout le temps les appels. J’ai donc mis une CyanogenMod 11. Et puis au détour d’une conversation au dernier atelier Dotclear, j’ai eu envie de re-tester Firefox OS [1].

FirefoxOS-logo_610x385.png

MultiROM Manager

Je suis d’abord parti de ce fil de discussion sur le forum XDA.

Par simplicité, j’ai opté pour l’option 1, avec l’installation via le Google Play de l’application MultiROM Manager.

Firefox OS

Nous avons besoin à présent d’une image pré-compilée de Firefox OS pour Nexus 4. Direction le forum XDA, avec ce fil et la mise à disposition par un contributeur d’une image en date du 11 mars 2014.

On copie sur la mémoire interne du téléphone le fichier FFOS_mako_20140311_kk.zip, et on reboot. Pour l’installation à proprement parler de Firefox OS, j’ai lu ce billet : How to Install Firefox OS (& Other Experimental ROMs) On Your Nexus 5 Without Any Risk qui dispose de captures écrans pour nous guider.

Un dernier reboot, on sélectionne Firefox OS plutôt qu’Android, et nous voilà avec un nouveau téléphone :)

Enjoy !

Note

[1] la première fois l’image ne supportait pas le dernier firmware d’Android 4.4, je n’avais donc pas de wifi

Il y a longtemps que je n’avais pas mis une capture écran de mon bureau.

Fedora20_plank_flattr.png

Plank

Jusqu’ici j’utilisais Docky comme dock. Et puis cette semaine j’ai réinstaller ma Fedora 20 depuis le DVD d’installation, l’occasion de personnaliser mon bureau. Je recherche avec yum un programme de dock, et je trouve Plank. Il n’est pas nouveau, il est même à l’origine de Docky. Simplissime et léger, il est aussi utilisé par ElementaryOS qui est sur l’une de mes partitions (mais eux ont développé un frontend pour le personnaliser). Sinon il suffit d’éditer le fichier de configuration pour le personnaliser un peu.

La documention Ubuntu est plutôt complète (faut avouer que souvent le contenu est très pertinent sur le wiki) : http://doc.ubuntu-fr.org/plank

Pour l’installer sous Fedora :

# yum install plank

Flattr icons

J’avais trouvé il y a quelques temps le set d’icônes Flattr sans forcément l’utiliser d’ailleurs. J’ai donc téléchargé depuis la source la dernière version. Il y a en effet un dépôt GitHub : https://github.com/NitruxSA/flattr-icons

Il suffit alors de synchroniser le dépôt pour récupérer le répertoire, que l’on déplacera dans notre dossier .icons

$ git clone https://github.com/NitruxSA/flattr-icons.git

Fedora20_Gnome_Apps_Flattr-icons.png

Mercredi 6 mars j’avais pris ma journée. Objectif, rencontrer Julien Devriendt qui encadre un club de robotique. Vous pouvez retrouver son dernier article sur son blog [1] qui en parlera mieux que moi : LEGO, robotique et bibliothèques

Le groupe tient un blog de leurs avantures : Ulis robotique

Car on peut parler d’avantures, puisque les jeunes sont en finale après avoir remporté plusieurs trophés déjà, un grand bravo.

J’ai particulièrement apprécié passer l’après-midi avec eux. L’occasion d’un exposé sur l’historique du projet PirateBox et d’échanger sur le sujet pour répondre (ou essayer !) aux diverses questions.

Un compte-rendu a été publié sur le blog.

safebox-ulis-snaudin.jpg Photo Ulis robotique sous licence CC by nc nd.

On a notemment récupéré l’archive de la personnalisation BootStrap PirateBox que j’avais mise en ligne, afin de faciliter la personnalisation de la page d’accueil de la SafeBox.

Au fait, c’est quoi une SafeBox ?

La Safebox est un outil pour communiquer et pour aider les secours en cas de catastrophe naturelle.

La finale c’est le 6 avril, alors on les encourage !!

Note

[1] motorisé avec Ghost !

Suite à la réussite de la campagne de financement participative Kickstarter en 2013 [1], la version bêta 2.0 du projet LibraryBox [2] a été dévoilée cette semaine :

http://librarybox.us/

Au menu, une installation très simplifiée : une archive à extraire sur une clé usb + le firmware OpenWRT. On reboot sur la clé branchée sur notre routeur MR3020, on installe le firmware, on reboot pour l’installation des scripts LibraryBox, et c’est tout ! Pas besoin d’un accès à internet, ni même besoin de mettre les mains dans le cambouis, rip la ligne de commande !

LibraryBox_install.png

Ci-après une petite capture de l’interface responsive que j’ai rapidement francisé :

bibliobox_fr_accueil.png

Nous avons toujours le chat intégré, pas de téléversement sur cette version dérivée de la piratebox mais c’est normal.
Par contre, activation très simple de l’accès FTP pour mise à jour du contenu de la box.

Parmi les nouveautés, un système toujours anonyme de statistiques, pour comptabiliser le nombre de connexions des utilisateurs par jour, ainsi que le top des téléchargements.

Il me reste à tester la réplication entre box, car nous pouvons à présent définir une box maître, qu’il suffira de mettre à jour une seule fois, pour que les boitiers clients puissent recevoir les mises à jour.

Vous voulez tester à votre tour et remonter les bugs ? Consulter les indications : http://librarybox.us/building.php

PHP est également présent, ce qui me donnera l’occasion d’écrire un petit billet sur h5ai dans une LibraryBox, et ça fonctionne presque parfaitement [3] !! Bon ça ne semble pas tenir très longtemps, c’est plus du proof of concept, mais je vais soumettre tout ça au développeur car je trouve que c’est très encouragement pour modifier l’affichage par défaut pas très user friendly du serveur lighthttpd. Allez voici deux captures avant la suite :

librarybox_h5ai_Shared_software-2.png

librarybox_h5ai_Shared_audio.png

Notes

[1] qui a été trop courte pour que j’y participe, un mois ça passe vite !

[2] BiblioBox dans le réseau des médiathèques en France

[3] rapidement la navigation n’est plus possible et on constate l’absence des pictos de navigations

- page 1 de 25